Belle et Sébastien

Belle et Sébastien

Le tournage

Déroulement

Le tournage, aux couleurs hivernales, de "Belle et Sébastien 3" a débuté le 16 janvier 2017 dans le Briançonnais. Après des repérages notamment dans le Haut Jura, le tournage est initialement prévu du côté des 2 Alpes. Il manquait cependant le décor d'une vallée d'assez haute montagne pour le tournage d'une scène de tempête durant laquelle Belle et Sébastien s'abritent dans une cabane. Après d'autres repérages, ce décor est finalement trouvé près du col d'Izoard. Le reste des décors ont été retrouvés progressivement pour pouvoir déplacer l'ensemble du tournage dans le Briançonnais. Les caméras se sont donc posées aux chalets d'Izoard, sur la commune de Cervières à partir du 16 janvier 2017.

 

Les 26 et 27 janvier, le village des Alberts accueille le tournage, dans la cave d'une des maisons où est installé un décor de fête.

 

Le 30 janvier début du tournage sur la commune de Nevache qui concentre différents cadres importants du film, tout d'abord le hameau de Ville Basse dans l'ancienne école. Il se déplace ensuite à Plampinet pour 9 jours, hameau dans lequel se trouve la maison du méchant incarné à l'écran par Clovis Cornillac. Plus de 150 personnes gravitent autour du plateau entre les techniciens, les acteurs, les figurants et les producteurs. Les habitants se sont beaucoup investis sur le tournage. Ils ont stocké de la neige pour la replacer dans les endroits où elle était absente.

L'équipe de tournage est restée dans le Briançonnais jusqu'au 25 février 2017.

Il s'est ensuite déplacé en Haute-Maurienne, le pays de Belle et Sébastien depuis le premier film, du 27 février au 30 mars 2017. Les premières prises ont été effectuées dans la vallée d'Avérole notamment les scènes du départ de Sébastien du chalet de César.

Puis le tournage s'est déplacé à Bramans, pour les scènes d'intérieur du chalet de César. Des scènes de montagne ont été tournées à Bessans puis début mars, l'équipe a pris la direction de Pierrelongue où se trouve le refuge du Grand Baou de cette nouvelle version. 

L'équipe a pris ses quartiers à Bonneval sur Arc jusqu'au 11 mars, devant l'école de la commune ou encore près de l'église. Des scènes ont également été tournées près du hameau de l'Ecot, au pont de la Lame qui a accueillit des scènes des trois films, et sur les bords du canyon.

Le tournage est ensuite retourné en vallée d'Avérole, notamment pour les scènes d'intérieur de la bergerie de César, avec Margaux Châtelier et Thierry Neuvic.

Les 17-18 mars, les séquences finales entre Belle, Sébastien et Joseph ont été tournées au Plan d'eau des Avenières.

Enfin, la production s'est achevé à l'aéroport de Dole Tavaux dans le Jura les 20,21 et 22 avril 2017 pour le tournage des scènes finales du film.

Secrets de tournage

Trois enfants pour un personnage

Si Félix Bossuet incarne à l'écran le personnage de Sébastien, lui prête ses traits et sa voix, ce sont en réalité trois garçons que l'on voit à l'écran. La législation autour des tournages avec des enfants étant très strictes, Félix Bossuet est accompagné de deux doublures, Pierre Férréol et Thomas Lancelle, respectivement présents depuis le premier et le second opus.

4 Belle... et 15 chiots

Comme Sébastien, Belle a aussi le droit à des doublures. Le chien acteur, celui que l'on voit sur tous les gros plans, c'est Garfield, un patou originaire de Montpellier. Il est accompagné de Frippon, un patou italien et Fort, le costaud, qui tirait les traîneaux et réalisait les scènes physiques. Tous les trois incarnent Belle à l'écran dans les trois opus. Sur ce troisième film, ils sont accompagnés d'une chienne, Isabeau, la toute première à incarner Belle, dans toutes les scènes avec les chiots, car il est impossible de mettre les chiots et les mâles ensembles. Pour 3 chiots à l'écran, la production a choisit 15 jeunes patous qui se succédaient par portées de 3, et restaient pendant environ quinze jours sur le tournage.

Clovis Cornillac a beaucoup travaillé en amont avec le dresseur Andrew Simpson, pour donner à Belle des expressions, faire apparaitre une vrai relation entre l'enfant et le chien. Félix Bossuet a également travaillé avec eux pour rendre la relation de Belle et Sébastien la plus crédible possible à l'écran. Le travail avec les chiots a été encore plus compliqué. En effet, il fallait les protéger du froid dans des conditions de tournage parfois très rude et en altitude.

Clovis Cornillac et Félix Bossuet étaient les seuls à pouvoir caresser les chiens sur le tournage. Les répétitions étaient effectuées avec des peluches puis les chiens arrivaient sur le plateau. 

Joseph, ou la figure du Mal incarné

Dans ce nouveau film, Sébastien fait face au retour de l'ancien propriétaire maltraitant de Belle. C'est seulement après avoir accepté de réaliser le film que Clovis Cornillac a décidé d'incarner le rôle de Joseph. L'acteur a donné un physique très particulier à son personnage : il s'est rasé le haut du crâne et a ajouté des extensions pour rendre ses cheveux plus longs.

Des innovations

Parmi les séquences imaginées par le réalisateur, le plan où la caméra suit Sébastien qui traverse les rues du village, entre dans l'église pour se finir en zoom sur la main de Pierre a été un défi de mise en scène relevé par l'équipe sans effets spéciaux. Pour ce faire, un drône a été utilisé "On partait avec un drône sur lequel était accrochée la caméra [...] On partait de la montagne. On descendait. On allait chercher Sébastien, Sébastien arrivait. Un technicien équipé d'une armature en acier pour qu'il puisse supporter le poids du dispositif, a récupéré le drône et a suivi Sébastien dans tout le village. Puis ils rentrent dans l'église et le drône était relâché pour reprendre de la hauteur avant de finir sur la main." Ce plan inédit a demandé une journée de travail.

Autre défi technique, le plan dans lequel Sébastien vole un verre de vin et circule à quatre pattes sous la table en angle droit pour rejoindre Marie sans être vue. Il a nécessité la création d'un nouveau travelling.

La chute dans le lac

Cette scène impressionnante située à la fin du film a été particulièrement complexe à tourner. Tout d'abord, il a fallu trouver un lac gelé dont la glace sous suffisamment importante pour accueillir les acteurs et les techniciens. Les scènes ont finalement été tournées au plan d'eau des Avenières, sur la commune de Villarodin Bourget, dans la station de La Norma, alors que le lac commençait à dégeler. Le chien, Fort, n'est tombé qu'une seule fois dans l'eau. Il a été très compliqué de le faire tomber dans l'eau et de le rassurer le plus possible. Clovis Cornillac est quant à lui tombé plus d'une vingtaine de fois dans le lac.

En cours de rédaction

Article réalisé à partir de plusieurs interviews de Clovis Cornillac :
Débat avec Clovis Cornillac - Festival de Sarlat 2017

Date de dernière mise à jour : 13/01/2019

  • 15 votes. Moyenne 4.67 sur 5.